Paul Argoud

La courbe d’apprentissage de Vim est un mythe

Je parle et j’enseigne vim depuis plusieurs années maintenant, et j’ai remarqué un schéma surprenant : les gens ont littéralement peur d’apprendre l’éditeur.

Au fil des ans, la mythologie populaire autour de vim voudrait qu’il soit incroyablement difficile à apprendre, une tâche à laquelle seuls ceux qui ont la plus grosse barbe peuvent s’atteler. J’ai entendu des douzaines de fois des gens qui sont convaincus qu’il leur faudra des mois pour atteindre la maîtrise.

Ces croyances sont fausses. Voici ce qui est vrai :

Vous pouvez apprendre à utiliser vim en 30 minutes

Allez dans le shell et tapez vimtutor. Le tutoriel qui vous est présenté est excellent et vous le terminerez en un rien de temps. Une fois que vous aurez terminé, vous aurez les rudiments nécessaires pour faire votre travail. Vous ne serez pas encore rapide, non ; mais vous serez compétent. Et même après ces 30 minutes, vous allez commencer à saisir les idées qui rendent vim si étonnant : la brillante décision de conception qu’est l’édition modale, la composabilité des commandes, l’habileté mnémonique de la dénomination des commandes. Ces éléments suffiront à vous donner envie d’en savoir plus.

Apprendre le vim est amusant car c’est comme un jeu

Personne ne dit jamais : « J’aimerais bien apprendre Street Fighter 2, mais il y a tellement de combos ! » Les gens ne disent pas cela parce qu’apprendre un jeu est agréable. Vous commencez avec les coups de pied et de poing de base, et ceux-ci vous permettent de vous en sortir. Plus tard, vous apprenez des mouvements plus avancés, peut-être même par accident.

C’est comme ça qu’on apprend vim. Au début, vous faites tout aussi simplement que possible. Ensuite, vous commencez à vous demander s’il existe des moyens plus rapides de faire les choses, et il y en a ! Si vous enchaînez ces commandes ensemble, elles fonctionnent tout simplement ! Vous tombez sur des choses par accident, ou peut-être que vous passerez un peu de temps dans les fichiers d’aide détaillés. Avec le temps, vous gravez quelques astuces avancées dans votre mémoire musculaire.

Vous réalisez rapidement qu’il existe de nombreuses façons d’effectuer vos modifications, et vous vous efforcez de les faire en un minimum de frappes. Cela peut être incroyablement satisfaisant, en particulier pour nous, les techniciens qui semblent avoir une appréciation plus élevée que la moyenne de l’efficacité. Il est peut-être difficile de croire que le fait d’accompagner une touche d’une commande déclenchera un jour une réaction à la dopamine, mais je jure que c’est vrai. Il suffit de demander à ces gars.

En deux semaines, vous serez plus rapide qu’avec votre ancien éditeur

Si vous utilisez vim toute la journée et faites l’effort de bien l’utiliser, vous pourrez éditer le code plus rapidement que vous ne le faisiez dans votre ancien éditeur en deux semaines. Quelques conseils pour vous aider dans votre démarche : gardez en mémoire les commandes que vous essayez de mémoriser, trouvez un ami utilisateur expérimenté de vim pour les nombreuses questions que vous vous poserez au début (demandez dans #vim si vous n’avez pas un tel ami), et faites attention aux choses que vous faites et qui vous semblent inefficaces (il y a presque certainement une meilleure façon de faire). Si rien de tout cela ne fonctionne, contactez-moi sur twitter et j’essaierai de vous aider.

Le jeu en vaut la chandelle

Il y a une raison pour laquelle tout le monde chez thoughtbot utilise un éditeur de texte vieux de 20 ans. Il y a une raison pour laquelle je me suis rendu dans d’autres pays pour essayer de convertir plus d’utilisateurs de vim. Il y a une raison pour laquelle les gens aiment cet éditeur. Vous devriez peut-être découvrir pourquoi.

Bonne chance ! Et joyeux vimming.

Thanks Ben Orenstein !

Article publié le et actualisé le .


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.