Paul Argoud

Vis ma vie de CM (1)

Aujourd’hui j’ai décidé de parler succinctement de Community Management ; ou devrais-je peut être dire de « Gestion des Communautés ». Oui parce que dans ma boîte, on fait un peu-beaucoup de Community Management, genre quotidiennement, avec passion… la plupart du temps… parfois pour nos propres intérêts/projets mais aussi (et surtout) pour ceux de nos clients.

Je ne vais pas parler ici des outils utilisés, ce sera peut être l’objet d’un prochain billet… PEUT ÊTRE ! Non, aujourd’hui, à travers un exemple-type, je souhaite évoquer la difficulté de mise en ligne de certains contenus et mettre en avant le travail effectué en amont de chaque publication.

Avant toute chose, sachez que travaillant par passion, je m’occupe essentiellement de sites / projets / communautés liés à l’automobile, aux motos, aux sports mécaniques, équipes, pilotes, circuits, constructeurs, groupes de concessions, concessions, agents, etc.

Cette précision était nécessaire puisque je vais prendre pour exemple la quasi-impossibilité que nous avons de publier des contenus mettant en scène (ou dépeignant) des véhicules en pleine nature « donc » dans des espaces naturels. Techniquement, cela est bien sûr possible mais aucun client, tout du moins en France et/ou en Europe, ne m’autoriserait pareille publication.

Voici typiquement ce qui ne passerait pas :

Pour l’illustration, j’ai pioché cette photo dans ma collection personnelle ; en étant l’auteur, il ne s’agit donc pas d’une photo officielle émanant d’un quelconque professionnel ou client 🙂

En effet, de nombreuses actions en justice de ce type se multiplient ces dernières années et depuis que Honda et Suzuki ont été épinglés, des instructions très claires nous ont été communiquées par nos clients ; professionnels de la mobilité.



Ainsi, en synthèse, il n’est guère possible de publier des visuels publicitaires de véhicules en pleine nature. Ce n’est pas pour autant que certains ne le font pas, les actions en justice ne sont pas systématiques, etc. D’autre part, certains professionnels sont prêts à assumer ce genre d’effet de bord en anticipant d’éventuelles conséquences néfastes ; par exemple en provisionnant des sommes d’argent plutôt conséquentes.

Cet article touche à sa fin et chacun se fera son idée de l’écologie, de la place de l’automobile dans les publicités, de la place de l’automobile dans la nature au sein des publicités, de la place de l’écologie, …

Je relate simplement une expérience professionnelle parmi un nombre incalculables d’autres expériences ; un point c’est tout.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *