Paul Argoud

Mon flux de travail (workflow) photo

Clocher de l'église de Saint Marcellin.

Depuis plus d’une décennie, j’installe, essaie et compare une multitude de logiciels pour traiter mes photos, que je capture systématiquement en RAW, disons .cr2 quand j’étais équipé de matériel Canon et maintenant .arw depuis que je suis équipé en Sony.

Toujours est-il que ces multiples expériences (parsemées aussi de mésaventures) m’ont conduit à remettre en question systématiquement mon flux de travail… afin de tantôt optimiser mon temps, tantôt accroître la qualité de mes productions.

Ainsi, à date du 28 mai 2020, voici où m’ont mené ces expérimentations.

Catalogue/archivage

Bien que je tente de lui trouver un remplaçant depuis un moment, j’estime qu’il reste toujours compliqué de véritablement se passer de Adobe Photoshop Lightroom. Bien que son utilisation commence à être un peu onéreuse avec le cloud Adobe (y compris stockage)… difficile de lui trouver un véritable concurrent à la hauteur de ses capacités.

Personnellement, sauf pour du traitement rapide et/ou de masse, je n’utilise pas Lightroom pour le traitement de mes photos… uniquement pour leur catalogage : classement, mots-clés, méta-données, visages, localisation, empilements, etc. Le catalogue est stocké sur disque SSD local alors que mes clichés sont stockés sur mon NAS Synology.

Du point de vue catalogage, je pense que la solution que j’entrevois comme la plus prometteuse se trouve du côté de ON1. Ça fait un moment que j’espère une alternative du côté de chez DxO mais rien de bien sérieux pour l’instant.

Traitement des fichiers et dé-matriçage RAW

Avant toute chose, pour ce qui est du dé-matriçage de vos fichiers RAW, n’écartez jamais trop rapidement le logiciel proposé par le fabricant de votre appareil photo ; c’est quand même lui qui devrait maîtriser au mieux les fichiers générés par son propre produit.

Toutes mes photos non traitées, quelque soit leur format, passent systématiquement par le logiciel DxO PhotoLab. En dehors du fait que DxO soit une entreprise française, le coût du logiciel (entre 129 et 199€) me paraît en rapport avec sa qualité, ses capacités et performances. Le coût des mises-à-jour est bien sûr moins élevé. Il m’arrive volontiers de payer les mises-à-jour par chauvinisme ; certaines ne me paraissant pas réellement devoir se monnayer… peu importe.

Les 6 points que j’apprécie avec PhotoLab :

N’hésitez pas à solliciter aussi PhotoLab pour le traitement des photos issues de vos smartphones/tablettes… en tout cas j’ai toujours apprécié son action sur les fichiers (JPEG comme DNG) provenant de mes iPhone.

Correction de la géométrie des photos

La quasi-totalité de mes clichés n’échappent pas au plugin ViewPoint (79€) de DxO… c’est presque une obsession ! Dès qu’il y a un horizon, des bâtiments, des perspectives à redresser… vite, vite… View Point ! Sans compter qu’il est parfaitement intégré à PhotoLab, ce qui ne gâche rien à mon plaisir 🙂

Domaines plus spécifiques

Une minorité de mes clichés passent par un (ou plusieurs) des logiciels suivants, en fonction de mes attentes…

Panorama : Kolor Autopano Pro

Pour ré-assembler plusieurs clichés afin d’en faire un panorama (pratiquement de quelque sorte que ce soit), je passe systématiquement par Autopano Pro de chez Kolor.

Je lui fais traiter directement des RAW ou (le plus souvent) des RAW simplement convertis en TIFF (sans compression profondeur 16 bits/couche). Je fais surtout en sorte d’importer des fichiers non retouchés dans Autopano afin que celui-ci puisse entièrement se charger des déformations optique, aberrations chromatiques, etc.

Une fois le rendu (du panorama) effectué et correct, au moment de l’exportation, je demande au logiciel un TIFF bien lourd pour finaliser mon panorama sous Adobe Photoshop.

A noter que ce logiciel n’est plus disponible mais continue à me satisfaire et à fonctionner parfaitement… pour le moment en tout cas. Je ne saurais trop vous conseiller une alternative… PTGui semble être celui vers lequel je m’orienterai… si besoin.

HDR : Skylum Aurora HDR

Pour réaliser vos photos HDR, il n’y a pour moi que deux solutions qui peuvent éventuellement proposer des rendus intéressants. Celle que j’utilise le plus ces derniers temps est le logiciel Aurora HDR de chez Skylum (99€ puis 59€ les mises-à-jour). Sinon Photomatix Pro de chez HDR Soft (80€). Je ne saurais vraiment les départager… bien que l’interface soit archaïque (depuis toujours malgré quelques petits progrès), j’en reviens toujours à Photomatix que j’utilise depuis la nuit des temps… à vous de voir !

Bien que ne l’ayant pas essayé, je cite tout de même le logiciel easyHDR (59€) qui reste le moins cher des trois et semble être plutôt apprécié dans les milieux autorisés.

Focus stacking : Adobe Photoshop

Je ne vais pas expliquer les techniques, Wikipédia vous parlera probablement mieux que moi de l’empilement de mises-au-point.

Personnellement j’opte pour le focus stacking intégré à Adobe Photoshop/Lightroom, en chargeant les différents clichés dans une pile :

Des solutions plus spécialisées existent mais je n’y ai jamais eu recours… regardez peut être du côté de Helicon Focus par exemple…

Portrait/traitement de peau

Ici, je pense que les plus exigeants préféreront un traitement manuel (et chronophage), avec la tablette graphique dans leur éditeur préféré. Néanmoins, pour ce qui est du strict traitement de peau et avec un assez bon rapport rendu/rapidité, j’aurais tendance à vous orienter vers Portraiture de Imagenomic. Il s’agit d’un plugin destiné à Photoshop et/ou Lightroom mais pour lequel il faudra débourser entre 180 et 270€.

Pour une retouche « portrait » plus globale, regardez du côté du logiciel PortraitPro de Anthropics. Si vous n’utilisez ce logiciel qu’assez occasionnellement, l’édition « Studio » peut être tout à fait suffisante et plus abordable.

Faites vraiment en sorte de manipuler ces logiciels avec circonspection afin d’éviter toute dérive pouvant donner lieu à un rendu final assez peu valorisant pour votre modèle. Ces logiciels étant souvent assez onéreux et destinés à un usage très spécifique, il est fort possible que ce ne soit pas nécessairement les meilleurs dans leur segment… toujours est-il qu’ils ont retenu mon attention 🙂

Noir et Blanc : Silver Efex Pro

Je laisse Silver Efex Pro convertir mes clichés couleurs en noir et blanc. Je trouve que le logiciel offre une cinquantaine de pré-réglages intéressants avant de procéder à des ajustements plus subtiles : réglages sélectifs, filtres de couleurs, types de films (grain, sensibilité), etc. Les réglages de finitions sont également à considérer (virage, vignettage, bords brûlés, contour)…

Effet argentique : Analog Efex Pro

Si vous souhaitez imiter le rendu d’un « appareil photo » ancien, c’est le plugin qu’il vous faut.

Autres plugins DxO issus de la suite Nik Collection

Etant particulièrement fan de la suite logicielle Nik Collection, initialement développée par Nik Software, je ne peux que vous encourager à découvrir les multiples modules qui composent ladite suite.

Même s’il reste moins performant que l’outil de réduction de bruit intégré à DxO, Dfine propose des rendus honnêtes. De leurs côtés, Color Efex Pro et Viveza pourront parfois vous rendre de fiers services. Seuls Sharpener Pro et HDR Efex Pro ne m’ont jamais véritablement convaincu.

Dans une certaine mesure, depuis le rachat de la suite Nik Collection par DxO, des solutions entrent parfois en concurrence interne… au moins partiellement. Par exemple on retrouve plus ou moins Analog Efex Pro, Silver Efex Pro… voire même Color Efex Pro (dans une moindre mesure) au sein de DxO FilmPack.

Finalisation : Adobe Photoshop

Toutes les étapes sus-mentionnées précèdent généralement un « traitement final » sous Adobe Photoshop pour les derniers ajustements, les finitions, retouches, etc. Parfois ma tablette graphique Wacom est mise à contribution, en fonction des besoins.

2 commentaires

  1. Jean

    bonsoir merci pour cet excellent exposé.
    Je viens de m’interesser a la version 4 de DXO…Rien à voir avec les précédentes.
    Je suis tenté de le mettre en préalable dans mon workflow.
    Par ailleurs: difficile de choisir entre photomatix pro et Aurora…Et Oloneo (pas mal non plus)
    Merci
    Jean

  2. Paul Argoud

    Merci pour ce commentaire !
    A mon sens, le traitement DeepPRIME introduit dans la version 4 de DxO vaut à lui seul la mise-à-jour… que j’utilise bien évidemment. Le traitement DeepPRIME est beaucoup plus rapide que le PRIME et bien souvent de meilleure qualité.
    Concernant les logiciels HDR, ça fait longtemps que je n’ai pas essayé Oloneo mais à l’époque, je l’avais trouvé sensiblement en deçà de Aurora et PhotoMatix ; deux solutions que j’ai toujours bien du mal à départager. Qui plus est, on a souvent tendance à écarter (trop rapidement d’après moi) easyHDR.
    Pécuniairement, j’ai souvent eu l’impression que Skylum aimait bien nous faire passer régulièrement à la caisse pour des mises-à-jour parfois discutables… en tout cas c’est mon sentiment d’utilisateur qui ne pratique le HDR que de manière sporadique ; je suis toujours avec Aurora HDR 2018 !
    Si tu ne connais pas, je te suggère de parcourir le blog de François qui rédige régulièrement d’excellents articles au sujet de la photographie, des solutions qu’ils utilisent, etc. : https://leblogducuk.ch.
    A bientôt 🙂

Laisser un commentaire