Paul Argoud

Arrêter la clope

Comme le dit la chanson : « C’est pas si fastoche d’arrêter, cette putain de came en vente libre. Y faut une sacrée volonté, une détermination terrible ». Presque trois mois que j’ai tiré ma dernière latte, la dernière de ma vie, arrêter de fumer, c’est tout ce que je me souhaite.

« Arrêter la clope », de Renaud.

Plus d’une année que je ne me ronge plus les ongles, près de trois mois sans cigarette… les résolutions vont bon train ces derniers temps. Le comble est encore que globalement, assez peu de personnes l’aient remarqué, pour l’instant en tout cas.

Pendant près de deux décennies, j’ai fumé entre un et deux paquets de Marlboro par jour (soit vingt à quarante cigarettes, pour les non-initiés). Plutôt un au début, plutôt deux à la fin, plutôt des « Marlboro » au début, plutôt des « Camel Shift » à la fin.

Puis c’est tout de go, sans trop savoir pourquoi, que j’ai décidé d’arrêter. Il n’y avait pas vraiment de raison financière, je n’étais pas non plus en rupture de stock ; il me reste par ailleurs toujours 4 à 5 paquets au moment où j’écris ces lignes…

Photographe : Pawel Janiak.

Je ne vais certainement pas y aller « de mes petits conseils », chacun étant différent, je ne pense pas qu’il existe véritablement de recette miracle pour mettre fin à cette addiction. Personnellement, je me connais suffisamment pour savoir qu’une diminution progressive n’est pas une voie envisageable ; tout comme la cigarette électronique et autres alternatives de ce genre.

Ainsi, j’ai décidé d’arrêter de but en blanc en essayant de limiter autant que faire se peu la prise de poids… j’avoue ne pas faire particulièrement attention de ce côté là mais je suis d’avis qu’il ne faut peut être pas vouloir mener de front toutes les batailles ; au risque de perdre la guerre 🙂

Bon sang ce que les clopes « du réveil » et des « après-repas » peuvent faire défaut, c’est assez terrible, surtout au début. Enfin en toute honnêteté, je dois avouer que pour l’instant et jusqu’à maintenant, je gère plutôt bien, je n’ai pas fait face à de gros manques. Je gobe toujours un peu trop de « Croibleu Sève de Pin » et de « Croq’Andise » mais bon… je fais comme je peux.

« Kwit », une app pour vous accompagner dans les étapes du sevrage tabagique.

Enfin, même si ce n’est pas ce n’est pas ce qui changera tout, quelques jours après avoir arrêté de fumer, j’ai téléchargé l’app Kwit sur mon iPhone (également disponible pour Android via Google Play) et j’avoue qu’il est intéressant de pouvoir suivre son évolution, celle de son corps, ce qui se passe, à quel moment, etc. Je ne vais pas faire un test détaillé de l’app mais j’invite vivement les personnes concernées à l’essayer ; autant mettre le maximum de chances de son côté en rendant l’expérience « ludique ».

PS : Financièrement, j’ai économisé près de 1500€ en trois mois et ça, Kwit me le dit aussi.

Photographe : Andrew Pons.

Laisser un commentaire